Le Congrès des Agents Publics, Parapublics et Privées de l’État (CAPPE), a tenue une assemblée générale dans le cadre de l’affaire B.R SARL à son siège sis au quartier Sotega le lundi 20 janvier 2020 pour décider de la démarche à suivre à court, moyen et long terme car il s’agit de 180.000 familles concernées par cette affaire.

Au retour de Genève le CAPPE a travaillé avec les techniciens du ministère de la Justice, après la commission travail, ils sont repartis comme à leurs habitudes, à l’habitude du gouvernement gabonais. Donc depuis il n’y a plus jamais eu de suite. Les gens sont angoissés et se disent comme d’habitude que rien ne se fera.

 » Nous disons que le gouvernement prenne toute la responsabilité possible pour régler ce problème au moment où il nous demande la signature d’une trêve sociale car ces populations sont en même temps des gabonais, des travailleurs des secteurs publics, parapublics, privées et des acteurs économiques » a déclaré Emmanuel Mve Mba.

Le CAPPE signale tout de même que des individus dans ce pays détournent 85 milliards, 100 milliards, 170 milliards et estime donc qu’il n’y a pas crise au Gabon,  » alors régler un problème de 40 milliards, 70 milliards ça ne représente rien au gouvernement gabonais » a-t-il rajouté.

Le Congrès des Agents Publics, parapublics et privées de l’État demande au gouvernement à court terme de résoudre ce problème des 180.000 familles que B.R SARL a volé avant la signature de la trêve sociale car c’est l’assemblée générale qui doit décider parce que sans membres, une confédération n’existe pas.

 » Il ya un problème sérieux, et un gouvernement sérieux devrait régler ce problème au lieu de le porter au niveau international » a-t-il martelé.

Le CAPPE donne quelques jours au gouvernement gabonais pour réunir les deux camps. Dans le cas contraire ils repartiront vers le tribunal international pour que le dossier soit véritablement instruit conformement à ce qui leur a été demandé.

Facebook Comments