Plus d’actions que de discours. Telle est la nouvelle méthode de travail du Chef de l’Etat qui veut impulser une politique des résultats, de l’action. En politique, l’action est une forme de discours quand on dit ce qu’on fait et quand on laisse les actions parler d’elles-mêmes. Mais avant toute chose, il faut que l’action cadre avec les objectifs.

Les gouvernements qui se sont succédés sous Ali BONGO ont tous été taxés de léthargie. Tout indique ici que l’action du gouvernement ne va pas au rythme accéléré voulu par le Président de la République. De Paul Biyoghe MBA à Julien NKOGHE Bekale, en passant Raymond NDONG SIMA, Daniel ONA ONDO et Emmanuel ISSOZE NGONDET, le discours est le même : erreurs de casting, retards sur le projets etc. Le griefs sont bien connus. Mais tous ces gouvernements ont existé dans un contexte sociopolitique qui n’a jamais été pris en compte face aux besoins légitimes et pressants des populations. Des situations dont les premiers ministres en poste hérite. Malgré tout cela, on exige qu’ils produisent des résultats à contre vent de la réalité sociale.

C’est le cas du Premier Ministre actuel qui, en un an, a été obligé de communiquer des remaniements techniques de son gouvernement à plus de 4 reprises. Devant cette situation d’instabilité, les projets prennent du retard s’ils ne sont pas abandonnés. Mais entre temps, la demande sociale augmente et n’évolue pas. Dans ce climat, il a été appelé à présenter à nouveau sa politique générale quelques mois après, la première dans notre pays. Une politique d’ailleurs validée par le Parlement.
Aujourd’hui, on entend parler d’un nouveau gouvernement. Sans pourtant être en désaccord avec cette décision, nous sommes tout de même inquiets face à la volonté du Chef de l’Etat qui veut aller vite. Car, changer de gouvernement revient à valider une autre politique générale dans 3 mois. Pendant ce temps, le nouveau Premier Ministre n’aura pas avancé sur certaines actions, ce qui risque de retarder davantage les projets en cours. Il aurait peut-être été mieux de mettre plus de pression au gouvernement actuel que de le remanier avec le risque de perdre encore plus de temps pour l’apprentissage et la connaissance des dossiers.

Point de vue d’un internaute

Facebook Comments