Le président de la plateforme » publiez ce que vous payez »et membre de la société civile gabonaise s’en est vertement pris au fils du président Bongo, Nourredine  Valentin Bongo quelques heures seulement après sa nomination au poste de coordonnateur général des activités présidentielles.

« Noureddine Bongo Dégage, nous ne voulons pas de toi. Aucun représentant de la famille mafieuse et criminelle des Bongo ne pourra plus commander le Gabon. Ce pays n’est pas votre propriété héréditaire ».

Pour lui, les enjeux sont de « démanteler le système criminel et corrompu des Bongo doit être l’objectif vital et final de toutes les composantes de la Nation gabonaise. Une vaste coalition Anti-bongo doit impérativement se mettre en place pour éviter et empêcher  qu’un autre représentant du clan mafieux,  criminel et voleur des Bongo s’accapare des institutions de la République et de l’Etat Gabonais ».

Pour le membre de la société civile gabonaise, : « La famille Bongo symbolise le pillage, les crimes économiques et financiers, le blanchiment des capitaux, le triomphe du crime en bande organisées et la culture du mal. Tous les Gabonais conscients doivent s’opposer à cette oligarchie qui a vendu le Gabon aux organisations mafieuses ».

Georges Mpaga estimé également que la famille Bongo est le mal du Gabon. Et, il pense que la famille Bongo est au centre de tous les malheurs du pays.

« J’ai toujours dit aux Gabonais que les Bongo constituent le mal absolu dans notre pays. Ils sont au centre de tous les malheurs, de la désolation et la déchéance actuelle de l’ensemble des structures de l’Etat. C’est un clan criminel qui considère les Gabonais comme leurs sujets. Ils ont droit de vie et de mort sur tous les citoyens. Organisés en associations de pilleurs des caisses de l’Etat gabonais, ils ont le droit de voler tout l’argent, de piller avec la complicité de leurs soutiens gabonais et étrangers, toutes les richesses de notre sous-Sol ».

Puis de demander au peuple de s’organiser afin de bouter le système hors d’état de nuit.

« Il est impératif de nous organiser pour mettre hors d’état de nuire le clan mafieux et criminel des Bongo qui s’accrochent au pouvoir et qui instrumentalisent les institutions de l’Etat gabonais », a-t-il conclu.
   .

Facebook Comments