La multiplication des interpellations et les gardes à vues dans le cadre de l’opération »mains propres » inquiètent l’opposition gabonaise. Dans la même lancé le Conseil Supérieur de la magistrature a limogé le procureur de la République Olivier Nzaou.

Les raison du limogeage reste encore inconnues. On sait tout de même qu’une vaste opération »mains propres » est en cours au Gabon. Et de nombreux cadres de l’administration gabonaise sont en garde à vue, car ils sont soupçonnés de corruption et de blanchiment d’argent.

Pour l’ancien barron du pouvoir, Paul MBA Abessole, le limogeage du procureur de la République Olivier Nzaou est un mauvais signe, et semble cacher autres choses.

 » On nous dit qu’il ya des suspicions de détournement de deniers publics, de corruption, de blanchiment d’argent », explique Paul MBA Abessole.

Cet argent présumé détourné a-t-il été restitué à l’Etat? Si oui qu’en à t-on fait ? Et de quel montant parle t-on?

Nous voudrions que ça ne donne pas l’impression d’un tintamarre mis en œuvre pour détourner l’attention sur les vrais sujets.  Car au Gabon ce genre de théâtre est très souvent connu.

Après le limogeage d’Olivier Nzaou, il est remplacé par André Patrick Raponat. Celui-ci est aussi attendu au pied du mur et ses premiers pas seront très scrutés.

 

Facebook Comments