Le syndicat régies financières (Syref) a demandé le départ pour et simple du ministre des Finances. Ils disent ne plus vouloir discuter avec lui comme partenaire.

« L’assemblée générale demande sans ambage le départ de Monsieur Roger Owono MBA, ministre de l’Économie et des finances et de solidarité nationale. Simplement parce que depuis l’arrivée de ce monsieur, le dialogue est rompu entre les partenaires sociaux et l’administration des finances. Avec Monsieur Jean Fidèle Otandault, nous étions presque en train de signer une trêve sociale. Nous n’avons pas compris le départ de Monsieur Otandault et l’arrivée de Monsieur Roger Owono MBA à qui nous avons donné plus de 3 mois pour qu’il puisse prendre connaissance des dossiers. Et malgré toutes les tentatives, nous n’avons reçu que la force, il a emmené les policiers pour nous tabasser ».

Puis d’ajouter :
« il a demandé à ce qu’on puisse nous affecter à l’intérieur du pays ( Koulamoutou, sud-est du pays). Convention collective avec l’OIT et les conventions avec les travailleurs gabonais aujourd’hui, nous sommes arrivés au bout de souffle parce qu’avec monsieur Otandault et le gouvernement passé, nous avions signé un protocole d’accord, qui disait que l’ensemble des primes devaient être payées au début du mois. Mais nous constatons que le règlement n’a pas été fait depuis l’arrivée de Monsieur Owono aucun des engagements, et de dire qu’il a décidé de ne pas parler aux partenaires sociaux ».

L’assemblée générale du syndicat des régies financières (SYREF), a décidé d’interpeller le gouvernement. Car elle estime que l’interlocuteur n’est plus indiqué.

« Il a décidé avec son équipe de faire ce que bon lui semble au vu de tout cela, nous nous sommes retrouvé avec lsemble des collègues pour nous poser la question, de savoir est-ce que nous devons continuer avec un tel partenaire ou nous devons demander simplement un autr interlocuteur et l’assemblée générale a purement et simplement démandé le départ et sans négociations de Monsieur Roger Owono MBA pour la paix et l’accalmie sociale dans notre pays », a indiqué Erisco Mvou Ossialas, porte parole du Syref.

Entre autres, le Syref réclame les primes de rendement et dénonce la gestion scabreuse des deniers publics.

 

Facebook Comments