Il est rare qu’un syndicat approuve l’action gouvernementale. La coalition des syndicats de l’Education Nationale réunis au sein de la Conasyced, s’est félicité des changements opérés à la tête des directions et établissements publics du pays.

« A propos des nominations  à l’Education Nationale intervenues le 30 septembre 2019, Certes nous les attendions avant la rentrée administrative,mais il n’est jamais trop tard. Nous sommes pour le respect des procédures et de la loi en matière de nominations.Toutefois, plusieurs responsables d’établissements et autres responsables du ministère de l’Education Nationale,avaient déjà acquis des titres fonciers au point où ils pouvaient se permettre de poser des actes illégaux,se bâtir des empires financiers à travers des inscriptions et autres, régler des comptes aux enseignants surtout syndicalistes à travers des faux rapports etc..Il était temps que beaucoup partent.Nous ne pouvons pas admettre que pour l’exercice du droit syndical,un enseignant soit suspendu arbitrairement et illégalement de salaire,qu’il soit muté ou affecté arbitrairement,qu’il devienne l’ennemi du chef d’établissement ».

Puis de rappeler que :  » le syndicat est un pilier de la démocratie et un indicateur du développement d’une nation.Beaucoup des responsables qui ont été relevé de leurs fonctions se reconnaissent dans ce que nous venons de dénoncer. Ce n’est que justice pour beaucoup. Nous n’accepterons jamais qu’un responsable soit contre un enseignant syndicaliste ou syndiqué » à rappelé Louis Patrick MOMBO, Secrétaire général du SEENA,membre de la CONASYSED.

Facebook Comments