Brice Laccruche Alihanga, directeur de cabinet du président de la République sejourne depuis lundi dans la province de la Nyanga, deuxième étape d’une tournée qui le mènera dans plusieurs provinces du pays.

Arrivée en fin d’après-midi dans la capitale nynoise, le directeur de cabinet politique du président a été salué par les cadres, personnalités politiques et administratives et autres populations venus des 6 départements que compte la province.

Laccruche Alihanga en mission pour Ali Bongo dans la Nyanga: s’est ensuite rendu sur le chantier de construction de la résidence présidentielle. Après la visite du chantier, le directeur de cabinet du président a eu un bref entretien avec les populations à la salle polyvalente de Tchibanga, avant de se rendre à Mayumba où était prévu la suite de son programme..

 Attentes

La présence du directeur de cabinet politique du président a été mis à profit par les cadres de cette partie du pays pour lui présenter les attentes des populations. La province de la Nyanga selon l’opinion serait en marge du développement. Car en proie à divers difficultés qui minent le quotidien des populations. Notamment les liées au mauvais état du réseau  routier,  le manque d’une banque commerciale qui poussent les fonctionnaires de la province de se rendre toutes les fins de mois dans la ville de Mouila (Ngounié), pour toucher leurs salaires, les coupures intempestives dans la capitale provinciale, l’absence de l’éclairage public, le château d’eau devenu vétuste et demandent la construction d’un autre château d’eau, le plateau technique de l’hôpital provincial est inexistant, les structures médicales manquent de personnel qualifié, le manque criard de médicaments, la morgue de l’hôpital provincial n’existe que de nom. La province manque de structures économiques pour résorber les questions de l’exode rural et le chômage des jeunes. Ainsi la construction du port en eau profonde de Mayumba et l’exploitation des richesses du sol et sous-sol  restent l’une ded solutiond idoines pour régler la pandémie du chômage.

Facebook Comments