Depuis la disparition il y’a 4 jours à Franceville de l’étudiant Mboumba Magosso Lainere Christ Didier étudiant de 1ère année SGI à l’USTM les responsables ne sont pas inquiétés et l’enquête de la gendarmerie piétine. C’est le constat fait par la famille du disparu.
Plusieurs thèses sont avancées par ses collègues avec qui il avait passé ses dernières heures avant sa disparition. Certains avancent qu’il se serait noyer au cours d’une baignade dans l’Ogooué, d’autres disent qu’ après avoir pris un verre il se serait sentit mal et adit vouloir rentrer au campus. Un autre fait qui aurait poussé les gendarmes à arrêter ces étudiants pour nécessité d’enquête, au moment où ils ont faisaient leurs dépositions. Ils sont réparti au campus où ils seraient protégés par la mutuelle des étudiants, invite à la réflexion.
Depuis plusieurs années des cas similaires se sont déroulés au sein de cette université. Il y’a  quelques temps, le 27 février 2019 un  autre étudiant originaire de la Ngounié est jusqu’alors porté disparu. Un autre fait de société  s’étant produit le 1er novembre 2018. Là aussi il s’agit d’un étudiant qui aurait disparu dans des conditions aussi floues que toutes les autres. Toutes ces enquêtes ont été bâclées et les criminels en liberté.

Facebook Comments