POINT DE PRESSE DE LA CONFEDERATION SYNDICALE DYNAMIQUE UNITAIRE EN REPONSE A LA COMMUNICATION DU MINISTRE DE L’INTERIEUR DU VENDREDI 29 MARS 2019.

rpt


Dans sa déclaration datée du 27 mars 2019, la Confédération syndicale Dynamique Unitaire exigeait du Gouvernement :
– La constatation de la vacance du pouvoir ;
– Le strict respect de l’article 13 de la Constitution ;
– Le recrutement immédiat de tous les pré-salariés de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Santé ;
– Le recrutement immédiat des enseignants exerçant dans les établissements relevant des ordres confessionnels : cas des enseignants de l’Enseignement protestant appelés « non décisionnels » ;
– La régularisation de toutes les situations administratives (recrutement, intégration, titularisation, avancement, reclassement…) ;
– Le paiement des rappels solde à tous les agents de la Fonction publique et le règlement définitif des situations des agents déflatés de la CNSS, de la SNBG et de la main-d’œuvre non permanente de l’ex-CHU d’Angondjé ;
– L’intégration des agents contractuels de la Douane non reconnus par la Fonction publique dont certains sont en activité depuis plus de 20 ans ;
– La revalorisation des pensions retraites par la prise en compte du nouveau système de rémunération (NSR) ;
– Le paiement de tous les services rendus ;
– Le paiement de la Prime d’incitation à la performance (PIP) du 2e trimestre 2015 à tous les ayants droits injustement discriminés ;
– Le rétablissement immédiat des salaires des agents de l’Etat indument suspendus lors de la parodie de recensement de juillet 2018, ainsi que le paiement des arriérés dus ;
– La non réduction des effectifs de la Fonction publique, etc.
En réaction à cette déclaration, le Ministre de l’Intérieur, dans une communication diffamatoire à l’endroit de Dynamique Unitaire, a accusé cette dernière de défier l’autorité de l’Etat, de vouloir déstabiliser l’Etat, d’appeler à l’insurrection et d’avoir quitté le champ syndical pour le champ politique. De plus, il a enjoint le parquet de prendre toute la mesure de ses fausses accusations portées contre Dynamique Unitaire.
La Confédération syndicale Dynamique Unitaire ne se reconnait pas dans toutes ces accusations infondées et diffamatoires du Ministre de l’Intérieur.
Dynamique Unitaire n’a jamais appelé à la défiance de l’autorité de l’Etat, à la déstabilisation de l’Etat, à l’insurrection et n’a jamais quitté le champ syndical pour le champ politique.
Dynamique Unitaire note, à travers ses accusations, l’incapacité du Gouvernement à honorer les engagements pris auprès des travailleurs, son incapacité à satisfaire leurs revendications. Ces accusations constituent des prétextes pour mettre en exécution le plan d’élimination physique des leaders de Dynamique Unitaire longtemps conçu et entretenu. Pour preuve, combien de fois les leaders de Dynamique Unitaire ont-ils été arbitrairement incarcérés, menacés de mort, victimes de torture, des traitements cruels, inhumains ou dégradants de la part de ce Gouvernement et ce, en violation de l’article 5 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948.
Peut-on encore parler de la séparation des pouvoirs selon Montesquieu, quand le Ministre de l’Intérieur enjoint le parquet d’engager des poursuites judiciaires contre les syndicalistes et de procéder à leur arrestation ? Les juges ne sont-ils plus soumis, dans l’exercice de leur fonction, qu’à l’autorité de loi conformément à l’article 68, alinéa 2 de la Constitution ?
Dynamique Unitaire n’a jamais quitté le champ syndical pour le champ politique car elle ne revendique pas la conquête du pouvoir, mais la défense des droits des travailleurs.
C’est fort de l’article 4 du décret n°1086/PR/MCEILPEI du 14 décembre 2004 portant création, attributions et organisation du Conseil national de bonne gouvernance dont les syndicats sont membres, de son appartenance à la société civile qui, selon la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, « se compose d’associations formelles et informelles indépendantes de l’Etat à travers lesquels les citoyens peuvent poursuivre des buts communs et participer à la vie politique, sociale et culturelle de leur société et être impliqués dans toutes les affaires concernant la politique générale et les affaires publiques », que Dynamique Unitaire se prononce sur les questions politiques.
En effet, la gouvernance désigne l’ensemble des mesures, des règles, des organes de décision, d’information et de surveillance qui permettent d’assurer le bon fonctionnement et le contrôle d’un Etat, d’une institution ou d’une organisation, qu’elle soit publique ou privée, régionale, nationale ou internationale.
Consciente que seul le Président de la République est le détenteur suprême du pouvoir exécutif (Cf. art. 8, al 2 & 3 de la Constitution), par conséquent la clef de voute des institutions et seul interlocuteur des travailleurs capable de trouver des solutions à leurs revendications. Maintenant qu’il « se porte désormais très très bien », selon le ministre de l’Intérieur, qu’il est de retour au pays, a repris son travail, pour nous en assurer car n’ayant plus confiance à la communication gouvernementale truffée de contre-vérités et pour mettre fin au débat sur la vacance du pouvoir, la Confédération syndicale Dynamique Unitaire réitère sa demande de voir le Chef de l’Etat recevoir la société civile et la Commission d’enquête parlementaire majorité/opposition conformément à l’article 61 de la Constitution, Commission qu’avait sollicitée la société civile par correspondance adressée au Président du Sénat, le 07 décembre 2018 et la relance le 28 janvier 2019.
Quelle attitude le ministre de l’Intérieur attendait-il de la Confédération syndicale Dynamique Unitaire ? Celle de jubiler et d’applaudir le Gouvernement qui a décidé de :
– réduire de 10% les effectifs de la Fonction publique ?
– ne pas recruter et de ne pas verser les salaires des agents publics travaillant depuis plusieurs années, au mépris des textes notamment le statut général des fonctionnaires et le statut général de la fonction publique, de?
– accélérer la précarisation, la déshumanisation des travailleurs gabonais par la réduction de leurs salaires ?
Revendiquer ses droits, rechercher la vérité ne constituent pas des délits, encore moins une tentative de déstabilisation d’un Etat, au même titre que le non-respect de la Constitution par les autorités gabonaises, aux conséquences imprévisibles. La déstabilisation suppose la modification d’un équilibre politique, économique et qui compromet l’équilibre sociétal.
La Confédération Syndicale Dynamique Unitaire appelle monsieur le ministre de l’intérieur à la prise de conscience, à la prudence et à la retenue surtout dans l’utilisation de certains concepts.
Par ces propos, le Ministre de l’Intérieur vient de montrer aux yeux du monde que, c’est le gouvernement dont il fait partie qui ne cesse de mettre en place un projet de reformes iniques qui n’aura d’autres conséquences que, la déstabilisation de l’équilibre socioéconomique de notre pays.
Le ministre de l’Intérieur est dans un exercice de distraction qui consiste à éloigner les travailleurs et le peuple gabonais de leurs réelles attentes.
En définitive, la Confédération syndicale Dynamique Unitaire rejette toutes les accusations infondées et diffamatoires du ministre de l’Intérieur à son encontre.
Elle se réserve en outre le droit d’intenter une action judiciaire contre le ministre de l’Intérieur pour diffamation.
Fait à Libreville, le 31 mars 2019
Pour Dynamique Unitaire,
le Président
Jean Rémy YAMA

Facebook Comments