Les enseignants de l’institut de sciences et de technologies (IST), réunis en assemblée générale lundi 25 mars 2019, n’ont pas pu derteminer  de la non ou reprise des cours comme demandé par la tutelle , faute de quorum. Les enseignants invités à participer à cette rencontre déterminante ont brillé par leur absence. Certains se disant menacé par la direction générale.

 » Il se trouve que nous ne pouvons pas prendre des décisions en ce qui concerne la situation à  l’IST vu que le quorum n’est pas atteint. Nous  envisageons de convoquer les collègues le 3 avril 2019″, a indiqué Hugues Maganga, président du Snec IST.

« Les revendications des enseignants n’ont pas été prises en compte, notamment la question de la direction de l’établissement  n’as pas trouvée de solution. La situation n’a pas évolué. L’on note également le non paiement des vacations. Les vacations 2017-2018 n’ont toujours pas été payées. Par contre le 2e semestre 2016-2017 a été réglé . La troisième revendication des enseignants est liée à l’équipement des laboratoires d’informatique. À ce jour aucun ordinateur n’a été acheté, et la direction générale, souhaite que les cours reprennent dans ces conditions ľà?  Vous comprendrez aisement que l’on ne peut pas reprendre les cours dans ces conditions-là? », a expliqué Hugues Maganga, président du Snec IST.

Il faut noter que les enseignants vacataires qui constituent le nombre le plus important d’enseignants ne sont pas satisfait, ils n’ont pas été remuneré.

Cette assemblée fait suite à deux rencontres organisées par Moukagni Iwangou, ministre de l’enseignement supérieur, entre les enseignants et la direction générale, la semaine dernière.
Des réunions qui n’ont aboutit à rien, d’autant plus que ce dernier s’est dit incompétent sur la question de la désignation  d’un nouveau directeur général. S’appuyant sur la non tenue du conseil d’administration.
Rappelons que l’actuel directeur général ne répond pas aux critères d’éligibilité à ce poste. Il n’est ni maître assistant ni docteur. Ce monsieur est ingénieur électro-mécanicien. Il n’a jamais donné cours à l’IST. Avant sa nomination, il exerçait en tant qu’enseignant à l’École normale supérieure de technologies (ENSET).

Les enseignants présents à l’AG ne se disent pas opposés à la reprise des cours, mais demandent un minimum de contions décentes de travail. Les toilettes sont impraticables, le laboratoire d’informatique n’a pas de machine, les salles de classe sont dans un état déplorable, les bancs et les chaises sont cassées.
Il n’est donc pas envisageable de reprendre les cours dans ce chaos. Depuis plusieurs années, les enseignants se retrouvent tout le temps en assemblée générale pour trouver les solutions idoines au bon fonctionnement de l’établissement sans que cela n’ émeuve la direction générale. Grande est l’étonnement des enseignants de recevoir des ordres de reprises de cours de cette direction.

Cette même direction menace les chefs de départements au cas où les cours ne reprennaient pas mercredi 27 mars 2019.

Une situation que ne peut tolérer les enseignants qui menacent eux aussi de porter l’affaire auprès du syndicat national enseignants chercheurs (SNEC), dès la semaine prochaine.

Facebook Comments