Libreville, le 8 février 2019 (Gabon-infos)-En août 2018, les autorités gabonaises avait annoncé la mise en place d’une ligne de métro à Libreville pour désengorger la capitale gabonais. Des  rencontres de haut niveau s’étaient même tenues  dans le but d’examiner la faisabilité de ce projet ambitieux .
Les rencontres avec des chinois  chargés de mettre en oeuvre ce projet ont disparus des radars.

L’annonce tambour battant avait été faite   par Justin Ndoundangoye, ministre des Transports et de la Logistique, devant  une délégation de la China Hyway Group Limited.
La même délégation a été reçue par Léandre Anoue Kiki, secrétaire exécutif de l’Autorité de régulation des transports ferroviaires (ARTF).

Des négociations auraient été  entamées avec la banque chinoise Eximbank en vue du financement de ce projet  inédit dans la capitale.

La China hyway group limited serait aussi chargée de créer une liaison ferroviaire entre l’aéroport de Libreville et le futur aéroport international de Nkok; construire un chemin de fer entre Milingui et Mayumba, et entre Franceville et Boumango. La multinationale chinoise devra aussi procéder à une étude de faisabilité d’un téléphérique urbain à Franceville.

Un vrai  bleuf pense l’opinion publique  qui se pose la question  de savoir comment un pays qui manque de route  peut nourrire l’ambition  démesurée  de construire  une ligne de  métro  qui coûte plus  Cher  si ce n’est de la distraction .

Facebook Comments