Le syndicat national des enseignants et des personnels de la formation professionnelle et de perfectionnement dont le complexe Basile Ondimba, revendiquent le paiement des vacations des examens de 2018 et la tenue imperative d’un conseil d’administration.

Depuis  pratiquement deux semaines, les enseignants du complexe Basile observent un mouvement d’humeur. Parmi les revendications inscrites dans leur cahier de charges, il y-a notamment le non paiement des vacations des examens de l’année académique 2017-2018, l’implication des représentants du personnel dans tous les projets financés par les bailleurs de fonds.

 » nous avons conduit ce mouvement de grève pour réclamer les mouvements du personnel. Ça fait plusieurs années que la formation professionnelle n’a pas bénéficié d’ affectations et du renouvellement des personnels dans nos différents services. Ensuite nous demandons la tenue d’un conseil d’administration extraordinaire, parce que le conseil d’administration de l’ANFPP est un organe où nous réglons tous les problèmes liés à  la régularisation des situations administratives  des enseignants contractuels, qui n’ont pas bénéficié de quoi que ce soit, d’une quelconque augmentation. Nous disons trop c-est trop. Tant que ces droits ne seront pas réglé nous ne pourrons pas lever cette grève », a indiqué le président du syndicat.

Une situation qui impacte aussi l’IST en grève  depuis quelques mois. Du côté  du patronat, c’est le silence radio.

Les enseignants ont du mal à joindre les deux bouts.

 » c’est mon argent que j’ai travaillé. J’ai des enfants qui vont à l’école. Pourquoi nos dix dossiers sont-ils bloqués?  Et pourtant, nous versons nos cotisations », s’est interrogé  un enseignant visiblement déçu.

Facebook Comments